Korhogo/ Préjudice de la désobéissance civile: des camions bennes transportant du manganèse brulés à l’entrée de Yamoussoukro

PIN

« Nos camions bennes qui transportaient du manganèse vers le port d’Abidjan ont été incendiés et d’autres caillassés, des vitres cassées, pneus brûlés dans la nuit du 30 au 31 octobre 2020 entre deux heures et trois heures du matin par des jeunes gens du village Seman non loin de la ville de Yamoussoukro se réclamant de l’opposition. Ils scandaient à tue tête exécuter la désobéissance civile lancée par l’opposition ivoirienne.», a déclaré le 08 novembre 2020 Silué Karna Souleymane directeur de la société ivoirienne de livraisons de travaux publics et de matériels de construction de transport (S.I.L.T.P-M.C).

C’était lors de la cérémonie de présentation du bilan du préjudice des dégâts enregistrés par sa société au siège de la structure, habité par un silence de cimetière au quartier Natio-kobadara (korhogo), en présence d’autres transporteurs, amis et parents.

« Le camion benne incendié avait 33 tonnes de manganèses immatriculées 2312HV01 et cabine 22 88 HB01. Il a été complètement brûlé. Ils ont expressément mis le feu sur le camion entre 02 heures à 03 heures du matin. Ensuite, à l’aide de gourdins, ils ont cassé les vitres, brûlé les pneus du deuxième camion qui transportait 51 tonnes de manganèse. C’est une grande perte pour la société. Je suis dans la merde ..», a soutenu Silué Karna Souleymane S.I.LT.P-M.C société à responsabilité limitée (S.A.R.L) en sous-traitance avec la société d’origine indienne Shilo manganèse dont la mine est sur les terres du village Lagnonkaha de la sous-préfecture de Guiembé (département de Dikodougou) au sud de la ville de korhogo dans le nord de la Côte d’Ivoire.

En effet, dans une voix étreinte par la douleur vu l’ampleur des dégâts, l’opérateur économique victime de la désobéissance civile de l’opposition ivoirienne a appelé l’État ivoirien, le premier ministre Hamed Bakayoko, la tutelle, à la rescousse afin d’éviter de mettre les clés de l’entreprise sous le paillasson, honorer les clauses du contrat avec la société indienne d’extraction du manganèse de Lagnonkaha .

« Je demande l’aide de l’État pour me permettre de respecter mon contrat avec Shilo manganèse et sauver des emplois…de ne pas mettre au chômage les employés qui ont des familles et des enfants à l’école. », a vivement souhaité le directeur de la structure privée S.I.L.T.P-M.C. Il était recroquevillé, les mains tremblotantes, tenait à peine la tête, en présence de l’assistance dont certains n’ont pu retenir leurs larmes…Coulibaly Oumar, le chauffeur du camion incendié, marié et père de deux enfants, est aux dernières nouvelles en train de suivre des soins médicaux…

A O

Leave Your Comments