L’indice Mo Ibrahim 2020 relève un recul de la gouvernance en Afrique

PIN

Abidjan- Avec 0,2 point de moins en 2019 qu’en 2018, la moyenne africaine de la gouvernance globale enregistre sa première baisse annuelle depuis 2010, relève l’Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG) 2020, publié lundi 16 novembre 2020.

Ce recul récent résulte de la détérioration simultanée de trois des quatre catégories de l’IIAG, à savoir la participation, les droits et inclusion, la sécurité et état de droit et le développement humain.

De 2015 à 2019, le rapport relève avoir constaté un affaissement des progrès tant en matière de développement humain que de fondements des opportunités économiques, tandis que se poursuivent la détérioration des catégories sécurité et état de droit, ainsi que la participation, droits et inclusion, et ce façon accélérée pour la dernière.

Il reste que sur la décennie écoulée, la gouvernance globale s’est légèrement améliorée. De fait, en 2019, plus de six citoyens africains sur dix vivent dans un pays ou le niveau de gouvernance globale est meilleur qu’en 2010.

L’IIAG 2020 fournit l’évaluation la plus exhaustive à ce jour de l’état et des tendances de la gouvernance des 54 États africains, à travers quatre grandes dimensions. Il s’agit de la sécurité et de l’ état de droit de la participation, des droits et inclusion, du fondements des opportunités économiques, du développement humain.

Par ailleurs, la Côte d’Ivoire occupe le 18e rang de la gouvernance globale en 2019 et est le deuxième pays en termes de progrès accomplis au cours des dix dernières années.

La Fondation Mo Ibrahim définit la gouvernance comme l’accès aux biens et services publics auxquels tout citoyen du monde contemporain peut légitimement prétendre, et que tout gouvernement est tenu de délivrer à ses concitoyens. Produit depuis 2007, l’IIAG constitue l’ensemble de données le plus exhaustif sur l’état et les tendances de la gouvernance en Afrique.

tad/ask

Leave Your Comments