La BAD maintient le cap du document de stratégie-pays (DSP) 2017-2021 à Madagascar

PIN

Abidjan – La Banque africaine de développement (BAD) obtient des résultats satisfaisants à Madagascar, selon le rapport à mi-parcours du document de stratégie-pays (DSP) pour la période 2017-2021 et la revue de performance du portefeuille-pays 2019, approuvés le 25 novembre à Abidjan par le Conseil d’administration de la Banque.

Pour réaliser le DSP, la Banque s’est appuyée sur deux piliers à savoir le développement des infrastructures d’énergie et de transport pour soutenir la croissance inclusive, et le soutien à la transformation de l’agriculture et au développement de l’industrie. Ces piliers ont eu les retombées attendues, énonce un communiqué de presse de la banque panafricaine publié vendredi 27 novembre 2020.

À la lumière de ces résultats satisfaisants, le rapport relatif à la revue à mi-parcours du DSP 2017-2021 de Madagascar combiné à la revue de performance du portefeuille-pays 2019, a obtenu le maintien des deux piliers pour la période allant jusqu’à la fin de 2021.

Toutefois, pour atteindre les résultats du DSP, la BAD entend mettre en œuvre le programme de prêts actualisé, qui a fait l’objet d’une large consultation des parties prenantes à Madagascar. L’accent sera mis sur la poursuite de la mobilisation accrue de ressources pour le financement de la stratégie financée par les ressources du FAD-15 (industrialisation et création d’emplois décents à plus haute valeur ajoutée, désenclavement des zones rurales qui regorgent d’opportunités économiques, développement de compétences et accompagnement des PME).

Le 6 octobre 2020, le portefeuille actif du Groupe de la Banque pour Madagascar comptait 21 opérations. Le montant des engagements s’élevait à 553,79 millions de dollars. La taille moyenne des projets d’investissement était en augmentation, passant de 27,4 millions de dollars en moyenne en 2017 à plus de 41,1 millions de dollars à la fin de 2019. Les secteurs couverts sont le transport (33,9%), l’agriculture (30,1%), l’énergie (25,5%), la gouvernance (9,9%), l’eau et l’assainissement (0,4%), l’environnement (0,2%) et le secteur social (0,1%).

cmas

Leave Your Comments