Cacao: la Côte d’Ivoire et le Ghana s’insurgent contre deux chocolatiers américains

PIN

Hershey’s et Mars, deux entreprises américaines de l’industrie du chocolat, s’attirent la colère d’Abidjan et d’Accra. Les régulateurs ivoirien et ghanéen de la filière cacao leur reprochent de saper les efforts entamés pour relever les revenus des paysans producteurs. Les deux multinationales ont « temporairement » changé leurs fournisseurs, afin d’échapper au financement du différentiel de revenu décent, une prime destinée aux cacao-culteurs.

Numéros un et deux de la production mondiale du cacao, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont obtenu en 2019 des multinationales du chocolat une prime de 400 dollars la tonne, appelée différentiel de revenu décent.

Cette prime est appliquée depuis le début de la campagne 2020-2021, c’est-à-dire depuis le 1er octobre 2020. Mais pour leur approvisionnement de décembre, Hershey’s et Mars se sont adressés aux entrepôts certifiés à terme. Une manoeuvre qui leur a permis d’échapper au paiement de la prime, les fèves concernées ayant été produites avant l’entrée en vigueur de l’accord imposé aux multinationales par Abidjan et Accra. Il en est de même pour les livraisons du mois de mars 2021.

Abidjan et Accra redoutent que d’autres industriels s’approvisionnent ailleurs

Le comportement des deux entreprises n’est pas interdit. Mais il a suscité l’incompréhension du Conseil Café-Cacao et du Cocobod. Les régulateurs ivoirien et ghanéen ont exprimé par courrier leur indignation. Pourquoi le groupe Mars, l’un des initiateurs de la Fondation mondiale du cacao, et qui est donc censé défendre la promotion du bien-être du petit producteur, notamment ouest-africain, veut-t-il maintenir le paysan dans la pauvreté ?

Leave Your Comments