Ressources Halieutiques : Un plan stratégique national de développement pour relever les défis

PIN

Le ministère des Ressources animales et halieutiques (MIRAH) a organisée mercredi 2 décembre 2020 à Dabou, un atelier intitulé :  » atelier de formulation des orientations stratégiques, des axes de développement et des programmes du plan stratégique de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture de deuxième génération 2021-2025″, en vue de relever les défis du secteur des ressources halieutique.

Selon directeur de la planification, des statistiques et des programmes ( DPSP) au MIRAH, Diakaria Coulibaly, ce atelier est un cadre d’échanges et de concertation qui s’appuiera sur les résultats de l’étude du bilan du plan stratégique de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture 2014-2020 pour définir de nouvelles orientations pour les cinq prochaines années.

Plusieurs activités sont prévues, notamment la présentation du processus de formulation du plan stratégique de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture ( PSDEPA), des exposés suivis d’échanges sur la prise en compte des problèmes environnementaux et sociaux dans la définition des politiques, la prise en compte des changements climatiques dans la définition des politiques de développement, la nutrition dans politique de développement du secteur des ressources animales et halieutiques et la définition de la vision et de l’approche globale des interventions dans le secteur à l’horizon 2025.

A l’ouverture de l’atelier, le directeur de cabinet, représentant le ministre Moussa Dosso, a salué les actions menées au profit des populations et acteurs du secteur qui ont contribué à l’augmentation des productions animales et halieutiques, à l’amélioration de la qualité sanitaire des denrées animales et d’origine animales, à la création d’emplois décents dans le secteur et à l’amélioration des revenus.

Toutefois, il n’a pas manqué de relever les difficultés qui ont plombées sa réalisation pleine et entière d’où la nécessité d’en tirer les leçons en vue d’améliorer le plan qui le succédera.

 » Les résultats des travaux de cet atelier, que nous voulons les plus consensuels possibles, permettront de relever les défis et enjeux auxquels sont confrontés le secteur des ressources animales et halieutiques » a t -il souligné.


Concluant son propos, le directeur de cabinet du MIRAH s’est convaincu de ce que les axes et programmes pertinents qui sortiront de l’atelier feront du secteur un des piliers de l’autosuffisance alimentaire en côte d’Ivoire.

Cet atelier se tient du 2 décembre au 4 décembre 2020 avec l’appui technique et financier de la Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et Secrétariat exécutif du conseil national pour l’alimentation et la petite enfance (Se-Connape).

( AIP)

Leave Your Comments