Mission de sensibilisation/Filière Anacarde : le Conseil du coton et de l’anacarde invite les acteurs à améliorer et préserver la qualité de la noix brute de cajou

PIN

Dans le cadre de la première mission de sensibilisation du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA), les acteurs de la filière anacarde ont été exhortés à améliorer et préserver la qualité de la noix brute de cajou.

C’était ce mercredi 10 février 2021, à Korhogo, capitale du nord de la Côte d’Ivoire, première étape de la mission de sensibilisation des acteurs de la chaîne des valeurs.

Pour Mamadou Berté, Directeur général adjoint (Dga), représentant le Dg du CCA, la qualité reste le facteur déterminant du prix de vente et d’achat des noix de cajou au niveau international.

Les principaux paramètres sont entre autres ; le grainage, le taux de défaut, le taux d’humidité et le taux de rendement en amande appelé KOR (Kermel Outturn Ratio).

Tout en saluant l’ensemble des acteurs de la région du Poro, dont la production en 2020 a atteint 91607 tonnes soit 11% de la production du pays, avec le rang de 3e région productrice au niveau national ; Mamadou Berté a indiqué que malgré ces performances, le KOR moyen national était de 47,4 la même année.

« Pendant la campagne, des résidus de pommes ont été observées sur le volume importants de noix de cajou, nécessitant, le recrutement de la main d’œuvre supplémentaire par les exportateurs », a déploré M. Berté. C’est pourquoi dit-il, « la qualité doit être l’affaire de tous », afin bénéficier des fruits de la réformes voulues par l’Etat de Côte d’Ivoire et de rendre plus compétitive la filière anacarde.

Le Préfet de la Région du Poro, André Ekponon a pour sa part salué la tenue de cette rencontre et la forte mobilisation des acteurs, avant de déclarer ouvert l’atelier régional portant sur la campagne de sensibilisation des acteurs de la chaîne des valeurs anacardes, sur l’amélioration et persévération de la qualité de la noix brute de cajou.

Pour la campagne de commercialisation 2021 de la noix de cajou, l’état de Côte d’ivoire a fixé le prix minimum bord champ de 305 FCFA.

A. N.

Leave Your Comments