Budget-Programmes 2020: La DGBF fait le point des acquis, des difficultés et des perspectives au cours de son séminaire bilan

PIN

La direction générale du Budget et des Finances (DGBF), s’est réunie depuis jeudi 18 février 2021 à Yamoussoukro dans le cadre de son traditionnel séminaire bilan. Un an après le basculement en mode budget-programmes, il est question de faire le bilan 2020 et d’envisager les perspectives pour 2021. Pr. Yaya Keho, Directeur de cabinet adjoint du ministère auprès du Premier Ministre en charge du budget et du portefeuille de l`Etat a procédé à l’ouverture des travaux.

L’exercice d’auto-évaluation et de définition des perspectives, mené par la Direction Générale du Budget et des Finances, a pour thème central « Bilan du premier exercice budgétaire en mode budget-programmes et perspectives ». Cette rencontre vient contribuer à la recherche de la performance dans la conduite des activités de la DGBF en vue de participer à la réalisation du Plan d’Actions Stratégiques du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat. En effet, depuis le 1er janvier 2020, la gestion des finances publiques a fait sa mue en basculant en mode budget-programme. Il s’agit de la concrétisation de la mise en œuvre de la deuxième génération des réformes des finances publiques initiées par l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA).  » Des efforts notables ont été déployés pour la mise en place d’un système de gestion budgétaire permettant à chaque entité d’apporter efficacement sa contribution à l’atteinte des objectifs du gouvernement » a déclaré le Pr. Yaya Keho, Directeur de cabinet adjoint du ministère auprès du Premier Ministre en charge du budget et du portefeuille de l`Etat. Le représentant du ministre n’a pas manqué de noter que ses efforts ont été quelques fois contrariés par l’apparition de la pandémie de la Covid-19. Le Pr. Yaya Keho a réitéré la disponibilité du ministère à accompagner la DGBF dans la mise en œuvre des actions qui sortiraient des réflexions du séminaire de Yamoussoukro.  » Vos réflexions devront permettre la consolidation du cadre macroéconomique et budgétaire, le renforcement de la bonne gouvernance, l’amélioration de l’environnement des affaires et la garanties de la viabilité des finances publiques pour les années à venir » a souligné le Directeur de cabinet adjoint du ministère auprès du Premier Ministre en charge du budget et du portefeuille de l`Etat.

Traoré Seydou, Directeur Général du Budget et des Finances a pour sa part précisé dans son allocution les grandes articulations de ce séminaire qui porteront sur quatres thématiques spécifiques. Les échanges tourneront autour de la mise en œuvre du budget-programme 2020, des enjeux de l’évaluation de la performance et du processus d’élaboration des rapoprts annuels de performances. La stratégie de mise en œuvre de la comptabilité des matières et la présentation de la stratégie globale de certification de la DGBF seront au cœur des discussions  » Pour une mise en oeuvre réussie de l’évaluation de la performance, la DGBF a élaboré un ensemble d’outils qui ont été transmis à tous les acteurs budgétaire en vue de la production et de la transmission des rapports annuels de performances des ministères techniques au ministre du budget au plus tard le 31 mai » a annoncé Traoré Seydou. Ces rapports annuels de performance accompagnés du rapport général du ministre du budget et du portefeuille de l’Etat seront transmis avec le projet de loi de règlement 2020 à la cour des comptes et au parlement au plus tard le 30 juin 2021. »Je nourris l’espoir qu’au terme de nos travaux, un bilan exhaustif du premier exercice budgétaire en mode budget-programme sera fait, les perspectives pour l’année 2021 seront clairement définies et des fortes recommandation qui engagent chacun de nous à mieux faire qu’en 2020, seront formulés » a conclu le Directeur Général du Budget et des Finances.

Initié par l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le budget-programme est un mode de gestion des finances publiques avec pour objectifs d’insuffler une plus grande cohérence entre les objectifs de développement et les allocations budgétaires de sorte à accroître l’efficacité de la dépense. Notons que les réformes initiées dans le cadre du budget-programme instaurent la redevabilité comme principe général de la gestion budgétaire.

D. ASSOUMOU

Leave Your Comments